MagA - Secteur de la Route Nationale / National Road Sector

Français

Abréviation du Projet: 

MagA

Éphorie(s): 

Ancienne(s) Éphorie(s): 

Type de Recherche : 

Directeur(s) de Projet: 

Co-Directeur de Projet : 

Type de Permis : 

Date du Projet : 

Jeudi, Janvier 31, 2013

Source de Financement: 

Période du Projet: 

Description du Projet : 

 

Le long du littoral se trouve le secteur de la Route Nationale. Les fouilles de ce secteur ont mis au jour les premiers niveaux d'occupation de la ville. Certains de ces niveaux remontent jusqu’à la première moitié du 7e siècle av. n.è., et même avant la colonisation d’Argilos. Les fouilles, qui se situent entre la Route Nationale et la plage, ont été entreprises dans le but d'identifier les activités que Jacques Perreault qualifie de niveaux pré ou para-coloniale. La plus ancienne de ces activités fut découverte à une profondeur d’environ 6,5 m. Jusqu'à présent, le travail s’est déroulé à une très grande échelle. Les niveaux d'occupation dans cette zone sont nombreux et nécessitent des fouilles de précisions. La quantité phénoménale de poterie trouvée jusqu'à présent exige aussi un long traitement et une étude complexe.

Plus récemment, une superficie de 100 m2 a été fouillée dévoilant une succession de niveaux qui contenait des zones brûlées et de la céramique de diverses provenances : pots de cuisson (probablement locale), céramique de Thrace et de Chalcidique, marchandises grecques locales et régionales et céramique de centres de production éloignés (Grèce orientale, Cyclades, Corinthe, Athènes, etc.). D'un point de vue chronologique, ces niveaux sont très homogènes, avec des artefacts datant de la première moitié du VIe siècle av. n.è. Cependant, ces tranchées ont été excavées seulement à une profondeur de 2,50-3,00 m. En 2002, de nombreuses tranchées avaient été creusées au-delà de 2,0 m, révélant des couches correspondant aux 1er et 2ème trier du 6e siècle av. n.è. et aux dernières années du 7e siècle av. n.è. Les résultats de ces fouilles ont permis d'importants travaux concernant le développement typologique de diverses séries de poterie tardive, particulièrement celles des productions régionales et locales. Ces fouilles nous ont aussi donné beaucoup d’information concernant les premiers établissements de la région.

L'expansion des fouilles en 2003 a permis une compréhension plus large des niveaux d'occupation qui correspondent à l'arrivée des Grecs à Argilos. La fouille fut très précise et la stratigraphie était suffisamment claire pour distinguer plusieurs phases chronologiques. Les fouilleurs ont isolé une épaisse couche de remblais datant du 2ème quart du VIe siècle av. n.è. qui contenait de la poterie de qualité provenant de divers centres de production, y compris la Thrace (pots de cuisson), Olynthe (transport d’amphore et skyphoi) et Andros (tasses et lekanai) : centres qui produisaient déjà 7e siècle av. n.è. Dans les couches du VIe siècle, de nouvelles formes de poterie apparaissent. Il est d’ailleurs particulièrement intéressant de noter l'impressionnante collection d'importations corinthiennes et le nombre de cratères trouvés dans les occupations résidentiels. Du matériel à saveur locale fut également trouvé, mais il provenait de couches de remplissage et son analyse est rendue difficile par le manque de publication sur le matériel thrace et macédonien. À ce stade de la recherche, il semblait que le matériel corinthien tardif trouvé à Argilos diffèrent sensiblement de celui trouvé sur Thasos, ce qui suggère des différences significatives entre les communautés grecques même si elles se trouvent relativement près les unes des autres.

En 2004 et 2005, d’autres tranchées ont été ouvertes donnant ainsi une superficie de travail qui s’étendait sur 100 m2. Tous les sols ont été tamisés en raison de la forte concentration de matériel. Les niveaux les plus anciens de tout le site ont été trouvés dans ce secteur qui date de la 1ère moitié du 7e siècle av. n.è., période précédant l'arrivée des colons grecs. De façon générale, les niveaux sont très homogènes à travers cette zone, avec des niveaux de la 1ère moitié du VIe siècle av. n.è., trouvés à une profondeur de 2,5 à 3,0 m, tandis que les premiers niveaux d'occupation se situent à une profondeur de 6,5 m. Certaines découvertes ont permis d’établir une chronologie précise. Dans certaines strates se trouvaient de la céramique Attique à figure noire, de la céramique corinthienne et ionienne ainsi que du matériel local qui sont tous datables de 575-560 av. n.è. À cette époque, cette zone était en dehors des limites de l’établissement et elle fut utilisée pour le travail du métal et d'autres activités industrielles. Un petit four absidal a d’ailleurs été trouvé et associé à la fabrication d’outils métalliques. Deux installations de carbone (combustible) ont été trouvées près du four et ont été datées du 2ème quart du 6ème siècle av. n.è.

En 2006, deux autres structures ont été exposées. Un mur Est-Ouest a été trouvé parallèlement à la côte, mais seule sa face sud est exposée, puisqu'il est accoté à la colline. Un autre mur, plus petit, rencontre le premier mur en son centre sur l’axe Nord-Sud. Seule une petite partie à l’intérieure a été creusée et aucun objet n'a été trouvé. Par contre, la zone à l'extérieur des murs était très riche et elle fut datée du 3ème quart du 6e siècle av. n.è. À proximité, un niveau d’occupation 20 cm au-dessus du niveau du complexe industriel a été identifié. Quatre trous de poteaux alignés sur l’axe Est-Ouest y ont été découvert ; probablement les restes d'un mur soutenu par des poteaux en bois. Ce qui est clair, c'est que cette structure est la seule qui date d’avant le milieu du 6e siècle av. n.è. Le matériel découvert sur le sol confirme que cette construction ne peut pas avoir été conçue après 550 av. n.è.

Les saisons d'études suivantes ont impliqué la réexaminassions de 100 boîtes de matériel, la photographie de matériel diagnostique et une étude géologique des secteurs. En somme, la zone est extrêmement riche en artefacts qui couvrent des périodes qui chronologiquement sont inconnues dans la région, notamment le la période du 7e siècle av. n.è., une époque cruciale du site qui concorde à l'arrivée des colons grecs à Argilos.

Composante : 

Site Web du Projet: 

http://www.argilos.org